PokerStars et Full Tilt Poker bénéficient d’une période de grâce

Les procureurs fédéraux des Etats-Unis ont accepté de laisser PokerStars et Full Tilt Poker utiliser leurs noms de domaine pour permettre aux joueurs américains de retirer les fonds de leurs comptes.

En avril 2011, onze personnes, dont les fondateurs de PokerStars, Full Tilt et Absolute Poker, ont été inculpés de fraude bancaire et blanchiment d’argent, dans un dernier effort des Etats-Unis de lutter contre les jeux de casino en ligne.

Les autorités ont signé des ordres de restriction contre 76 comptes bancaires qui auraient été associés aux sites de poker. On cherche à saisir au moins 3 milliards de dollars – montant récupérable à la suite des sanctions pour le blanchiment d’argent et des confiscations.

Les procureurs ont saisi cinq noms de domaine Internet utilisés par de diverses sociétés: pokerstars.com, fulltiltpoker.com, absolutepoker.com, ultimatebet.com et ub.com. Tous ces sites ont aussitôt affiché l’avertissement que le « nom de domaine a été saisi par le FBI », citant aussi des fragments des lois fédérales sur le jeu en ligne et le blanchiment d’argent.

Mais le bureau du procureur du district sud de New York a annoncé dans un communiqué son accord que les noms de domaine pokerstars.com et fulltiltpoker.com soient encore utilisés pour aider les joueurs à retirer des fonds de leurs comptes. Toutefois, les dispositions interdisent le dépôt de fonds par les joueurs américains et exigent la désignation d’un contrôleur indépendant pour vérifier la conformité des sociétés visées.

Le gouvernement a dit Absolute Poker a la possibilité de saisir le même accord.

« La restitution des fonds aux joueurs des États-Unis est une priorité absolue pour PokerStars et l’entreprise peut maintenant commencer le processus », dit un communiqué de PokerStars. Le site garantit que tous les dépôts des joueurs sont « complètement sûrs », puisque la législation de l’île de Man, où il est basé, demande que fonds soient tenus dans des comptes qui sont séparés des actifs de la société.

PokerStars « dément catégoriquement » les allégations du Ministère de la Justice et « prend toutes les mesures nécessaires pour défendre vigoureusement le site et les deux personnes citées. »

Barry Boss, l’avocat de Full Tilt Poker, a refusé de commenter.

Laisser un commentaire